Viard et l’ONCT en flagrant délit de mensonge

Lorsque l’annonce de l’interdiction de la couverture de « Corrida la honte » a été faite le 15 septembre, dès le soir du rendu du verdict, André Viard, président de l’ONCT, a aussitôt fait mettre en ligne un communiqué de presse pour s’en réjouir (c’est de bonne guerre). Seul problème : si le verdict d’interdiction qu’il a mentionné est bien réel, le texte cité dans son communiqué n’a rien à voir avec le vrai jugement. Nous trouvions étonnant que le juge des référés de Marseille soit aussi sévère dans ses conclusions, au point de ne tenir compte que des arguments de Para et pas des nôtres. De fait, il n’avait rien dit de tel.

L’ONCT, représenté par Viard, ment en prétendant que le juge a écrit ces mots.

pinoviard

Ci-dessous, voici la version contrefaite du jugement selon l’ONCT, c’est-à-dire Viard (fautes d’orthographe conservées), en notant bien que les deux phrases commençant par « Le Tribunal » sont de lui puisqu’elles ne sont pas entre  guillemets dans son communiqué – je les ai mises en gras pour plus de clarté. D’ailleurs, dans sa vraie ordonnance, le juge n’emploie jamais l’expression « le tribunal » mais tout simplement « le juge ».

« Le Tribunal relève notamment dans ses attendus que :
La volonté de détournement de lʼoeuvre fait dʼautant moins de doute que le livre « corrida la honte » est vendu aux bénéfices de lʼassociation CRAC EUROPE ; et quʼil résulte des écritures mêmes de la défenderesse que « cʼest en réaction à la décision (défavorable au CRAC) du Conseil constitutionnel » que la statue fut maculée de rouge en 2012.
Il sʼagit bien dʼune volontaire « mise en scène contraire à lʼesprit de son auteur », outre la reproduction de la « colorisation » au sens des Jurisprudences précitées »
.
Le Tribunal conclue donc :
« DIRE ET JUGER quʼil est fait interdiction à la société LES EDITIONS DU PUITS DE ROULLE dʼutiliser la photographie de la statue de NIMENO II, oeuvre de Madame Serena CARONE, en couverture du livre « CORRIDA LA HONTE », ou à quelque titre que ce soit à usage du public,
DIRE ET JUGER quʼil est fait interdiction à la société LES EDITIONS DU PUITS DE ROULLE de commercialiser les ouvrages intitulés «CORRIDA LA HONTE» dont la couverture est illustrée par la statue de NIMENO II, oeuvre de Madame Serena CARONE,
DIRE ET JUGER quʼil appartient à la société LES EDITIONS DU PUITS DE ROULLE de faire retirer de la vente lʼensemble des ouvrages intitulés « CORRIDA LA HONTE » dont la couverture est illustrée par la statue de NIMENO II, oeuvre de Madame Serena CARONE,
DIRE ET JUGER quʼil appartient à la société LES EDITIONS DU PUITS DE ROULLE de faire retirer de lʼensemble des sites internet de vente par correspondance proposant lʼouvrage «CORRIDA LA HONTE», lʼ image de la couverture illustrée par la statue de NIMENO II, oeuvre de Madame Serena CARONE ,
ASSORTIR la décision à intervenir dʼune astreinte de 250 € par infraction constatée passé le délai de 8 jours à compter de la signification de lʼordonnance, CONDAMNER la société LES EDITIONS DU PUITS DE ROULLE au paiement d’une indemnité de 1.500 € sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile ainsi qu’aux entiers dépens ».

Avouons-le, quand nous avons découvert ce réquisitoire impitoyable lundi dernier, nous étions sidérés… par ses approximations. En effet :

-  Le livre « Corrida la honte » n’est PAS vendu « aux bénéfices de l’association CRAC ». Sur mon contrat d’édition, il n’est fait aucune mention du CRAC comme bénéficiaire de quoi que ce soit. Le livre est vendu au bénéfice (pas de pluriel dans cette expression, merci) de l’imprimeur qui l’a fait imprimer, des libraires et sites de commerce en ligne qui le vendent, des distributeurs qui le proposent sur leurs sites en échange d’une confortable commission sur chaque vente, de l’Etat qui prélève une TVA, de l’auteur qui touche des droits d’auteur amputés de charges sociales prélevées par différents organismes et, s’il reste un peu d’argent ce qui n’est pas souvent le cas, de la maison d’édition. Il se trouve que j’ai décidé de verser au CRAC l’équivalent de mes droits à chaque fois que j’en perçois. C’est une décision personnelle, qui n’engage que moi.

- C’est quoi cette histoire de « volontaire mise en scène » et de « colorisation » ? Il n’y a aucune « volontaire mise en scène » de notre part, la statue a été maculée de faux sang en 1992 sans qu’on n’y soit pour rien. Il n’y a eu aucune « colorisation », la photo n’a pas été truquée pour ajouter le faux-sang. De plus, le CRAC n’a aucune responsabilité dans ce fait-divers puisque la dégradation a été commise par un individu non identifié. Il ne s’agit en fait que du discours paranoïaque de Para. Quant au choix de cette photo pour la couverture, le mieux est de lire ou relire cet article écrit par l’éditrice.

- La série des « DIRE ET JUGER » n’existe nulle part dans l’ordonnance rendue par le juge. Elle provient en fait d’un document écrit par Maître Para dans le cadre de la procédure. Prétendre que c’est le juge qui l’a écrit est un mensonge et une manipulation.

- Le délai accordé par le juge pour appliquer l’interdiction est de 30 jours, pas de 8. Le prétendu délai de 8 jours n’existe que dans les bouffées délirantes de Para et de Viard. Ce délai ne commence à courir qu’à partir du moment où la signification du jugement aura été faite par huissier auprès des Editions du Puits de Roulle. Pour l’instant, nous n’avons encore officiellement été notifié de rien. Nous avons seulement pu découvrir les assertions mensongères du communiqué de l’ONCT et une copie non officielle du vrai jugement, obtenue par notre avocate seulement hier après de multiples coups de fil auprès du greffe du TGI de Marseille.

Bien entendu, nous allons respecter le verdict et tout mettre en oeuvre pour que le retrait des livres portant cette couverture soit réalisé au plus tôt. En attendant l’expiration de ce délai, la vente de « Corrida la honte » avec sa couverture actuelle reste légale pour les quelques exemplaires restants. Si, à la fin du délai, il subsiste encore des exemplaires avec la couverture interdite, nous les ferons modifier en n’en changeant que la couverture. Autrement dit, cette péripétie judiciaire ne nous fera pas perdre une seule vente. Bien au contraire, elle en aura suscité un grand nombre.

Vous pouvez prendre connaissance du texte du vrai jugement en cliquant ici.

Trois remarques pour finir :

- J’ai appris le lundi après-midi par le rédacteur en chef de France 3 Pays Gardois (il m’appelait pour prendre rendez-vous en vue de m’interviewer) que nous avions perdu le procès et que nous avions 30 jours pour faire retirer tous les exemplaires avec cette couverture. Le journaliste m’a dit que c’était Ludovic Para qui l’en avait informé. Un peu plus tard, le communiqué mensonger de l’ONCT était mis en ligne, en mentionnant un délai de 8 jours. Est-ce que Para, pourtant avocat officiel de l’ONCT et parfaitement au courant du vrai verdict, a fait corriger ce « détail » ? Non. A-t-il publié un démenti quelque part ? Pas à ma connaissance. Para est donc complice de ce mensonge grossier, en toute connaissance de cause. Et ils prétendent nous donner des leçons…

- Le jugement confirme que la sculptrice n’a aucun droit patrimonial sur la statue qu’elle a réalisée, puisqu’il s’agissait d’une commande de la mairie de Nîmes, qui la lui a achetée pour 473 000 Francs (environ 72 000 euros, trois fois plus que ce qu’elle a déclaré à la presse à l’époque). En clair, elle n’est plus propriétaire de cette statue depuis 1994, c’est la ville de Nîmes qui l’est et donc, elle n’avait aucun droit à porter plainte sur ce motif. C’est ce que nous avions démontré en retrouvant les preuves de cette transaction dans les archives municipales. La seule raison pour laquelle elle en a obtenu malgré tout l’interdiction est son droit dit « moral » qui, lui, est inaliénable. Le fait que la statue soit représentée en gros plan lui a permis d’en demander le retrait sur ce seul motif.

- Enfin, le juge a confirmé qu’il n’y avait aucun lien entre le fait-divers de 2012 et l’édition du livre en 2014, quoi que sous-entende le camp aficionado. Il s’est, de plus, montré très conciliant à notre égard en nous donnant 30 jours de délai, une durée significativement plus longue que celle qu’exigeait Para et qui était délibérément intenable.

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

« Corrida la Honte » : Florilège médiatique !

Gazette 18 09 2014

Un florilège dans les médias locaux ce jour concernant le retrait de la couverture du livre « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » :

Pour commencer, voyons la Gazette de Nîmes de ce jour. Nous avons l’étalage de la déviance sexuelle des aficionados tout en finesse (« Prenez votre phallus et testicules à pleines mains« , S. Casas [je serais curieuse de connaître l'appréciation de l'Abbé Teissier à ce sujet en particulier], etc.), le « courrier de la semaine » qui vaut son pesant de cacahuètes et… une brève sur le retrait de la couverture de « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » où l’on apprend :

1 – Que cette enquête de plus de deux ans sur les milieux de la corrida, que visiblement le « journaliste » n’a jamais lue, est « un livre de propagande » ;

2 – L’existence du mot « sculpteuse* » ;

3 – Que, finalement, ce serait le tribunal de Nîmes qui aurait obtenu l’interdiction de la couverture. Que doit-on comprendre ? Que le « journaliste », c’est-à-dire une personne qui est tenue déontologiquement et factuellement d’informer ses lecteurs, n’en est pas un, ou bien alors que ce serait le tribunal de Nîmes qui aurait fait pression sur celui de Marseille pour obtenir la condamnation ? Y aurait-il des magistrats à Nîmes qui abuseraient de leur pouvoir et seraient alors susceptibles de tomber sous le coup d’une condamnation de la Cour Européenne ? L’avenir nous le dira.

4 – Oh ! Et pas un mot sur l’opération sans précédent de la distribution de 925 exemplaires du livres à TOUS les parlementaires de France lundi 15 septembre matin afin de les informer sur la réalité de la corrida et de les sensibiliser sur les 4 PPL déposées en ce moment au Sénat et à l’Assemblée Nationale.

Ça, c’est un grand journal d’information qui ne fait absolument pas de propagande…

CLH TV SUD

Ensuite, nous avons  un très intéressant sujet au journal de TV SUD hier soir :  »Un livre anticorrida retiré des rayons« , où l’on apprend, de la bouche même de l’avocat de la plaignante, que ce n’est pas le procès de la couverture du livre qui était en jeu, mais le procès de l’acte de vandalisme ayant eu lieu en 2012 et qui était représenté sur cette couverture….

La question qui se pose est donc la suivante : est-ce que représenter un acte de vandalisme sur un livre faisant état d’une enquête de plus de deux ans, ayant eu lieu des années plus tôt, vous rend responsable de ce dont vous témoignez ?

D’après l’éminent Maître Para, il semblerait que oui…

CLH ML 18 09 2014

EDIT 14 h :

Le Midi Libre rejoint ses confrères. En pages Nîmes feria, on peut lire :

1 – « Les Editions du Puits de Roulle ont interdiction depuis lundi d’exploiter etc. » or, j’ai bien précisé à madame Rocher qu’à ce jour, je n’ai toujours pas reçu d’ordonnance de la décision de justice, par conséquent, le livre n’était pas interdit lundi. Il ne l’est toujours pas à ce jour, et ne le sera qu’à partir du moment où je recevrai la notification par huissier de justice.

2 –   »Cette photo avait été prise en 2012 lors d’une manifestation anti-corrida« . Faux ! l’événement avait même été l’objet d’un article dans les propres colonnes du journal et je le lui en ai parlé puisqu’il y a quasiment la même photo que sur la couv. Par ailleurs, je lui ai aussi expliqué et envoyé le lien vers l’article dans lequel j’explique tout sur la couverture, qui stipule en toutes lettres :

« – Comment et pourquoi a été prise cette photo ?

« Cette photo a été prise le 24 /09 /2012 à 11 h 26. J’avais lu sur Facebook que des anti-corrida avaient aspergé la statue de Nimeno II et que les aficionados criaient à la profanation. J’ai décidé d’aller voir par moi-même en allant chercher mes enfants à l’école. Voilà pour la photo, une parmi les milliers que j’ai prises dans ma vie.

Ensuite, avais-je l’intention de l’utiliser un jour pour un livre en la prenant ? Non. »

3 – « En juillet dernier, l’auteur (…) avait assigné la maison d’éditions (sans « s » à édition svp.) ». Faux. Les Editions du Puits de Roulle ont été assignées le 21 mai 2014… Là encore, l’information n’était pas difficile à obtenir, elle figurait dans les archives du journal (voir ici).

4 - »Le livre en cause est écrit par Roger Lahana et préfacé par Jean-Pierre du CRAC (Comité Radicalement Anti Corrida)« . Jean-Pierre ? Foucault ? Pernaud ? Marielle ? Coffe ? Non. Jean-Pierre du CRAC… autrement dit, Jean-Pierre Garrigues, Président du CRAC EUROPE pour la protection de l’enfance si on veut être complet.

5 – « En attendant Les Editions du Puits de Roulle, la Fondation Brigitte Bardot et le CRAC assurent avoir distribués 925 exemplaires du livre aux parlementaires« . Dans le communiqué de presse envoyé, il y avait aussi la SNDA et l’association Animaux en Péril dans la liste des partenaires de l’opération. Qui plus est, nous faisons plus qu’assurer que nous avons fait cela. Nous en informons la presse nationale. Un coup de fil à l’Assemblée ou au Sénat aurait pu confirmer cette opération d’une ampleur sans précédent dans la lutte contre les sévices graves et actes de cruauté envers les animaux (corrida selon le code pénal, art.521-1)

Voilà, voilà.

Et pour finir, tellement content d’annoncer le retrait de la couverture du livre, André Viard diffuse les attentes de l’avocat de la plaignante en les faisant passer pour les conclusions du Tribunal lui-même…

Anti

Pour les puristes, voir ce qu’en dit l’Académie FrançaiseRem. En parlant d’une femme, on emploie le plus souvent le masc. sculpteur; on dit aussi femme sculpteur ou sculptrice (rare): elle n’est pas seulement sculptrice, mais peintre encore (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t. 2, 1868, p. 355).

2 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Et du vélo sur un arbre ?

Je continue aujourd’hui avec les vélocipédistes peu ordinaires dont je vous ai montré une partie des exploits dans mon mot d’accueil d’hier. La série qui suit a été photographiée en haut des jardins, tout près de la tour Magne. On peut y admirer un grand arbre très particulier puisque son tronc part en diagonale par rapport au sol. Un terrain de jeu irrésistible pour nos amis équilibristes…

DSC06946p

DSC06950p

DSC06962p

DSC06969p

DSC06972p

DSC06985p

DSC06978p

DSC06994p

DSC06959p

Très belle journée à vous

Un commentaire

Classé dans Accueil

Libres !

Je vous ai déjà parlé sur le blog des trois premiers films de Jean-Paul Jaud : « Nos enfants nous accuseront », « Severn, la voix de nos enfants » et « Tous cobayes ? » Aujourd’hui, Jean-Paul et Béatrice Jaud travaillent sur leur prochain film LIBRES ! Ce film « Coup de Coeur 2014 » de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme sera un « Nos enfants nous accuseront  » des énergies renouvelables. Bouleversant, inspirant et drôle, ce film suivra le parcours initiatique d’enfants de France, du Japon et du Danemark dans le monde des énergies renouvelables. Sortie prévue 1er semestre 2015.

L’HISTOIRE DU FILM

Été 2014 - France – Joseph et ses amis partent dans une ferme bio pour suivre un stage musique et nature où la liberté est à l’honneur. Ces enfants ignorent qu’à quelques kilomètres de là, quatre des cinquante huit réacteurs nucléaires français, risquent de réduire à néant leur liberté.

Japon – Hiroto et Nagomi vivent à quelques encablures de la centrale de Fukushima – Daiichi, loin de leurs amis et de leur pays natal. Avec une infinie tristesse, ils regrettent les étés passés en toute liberté dans cette nature devenue aujourd’huihostile. Entre ces enfants exilés, il ne reste que le ciel azur, la musique et la poésie pour survivre à la folie d’adultes qui ont hypothéqués leur avenir.

Danemark – Île de Samsø. Emannuel, Niklas, Noah, Sofus et Victoria vivent insouciants et libres. Au cœur d’une nature généreuse et préservée grâce aux énergies renouvelables, « L’île de l’énergie » est pour eux un espace sacré, où ils pourront s’épanouir en toute sécurité, confiants pour leur futur quotidien.

C’est ici que commencent pour ces enfants, un parcours initiatique sur les énergies renouvelables. Grâce à des adultes soucieux de leurs construire un futur durable, ils vont partager de merveilleuses expériences éducatives, musicales et poétiques, et découvriront que le choix des énergies du futur est intimement liée à leur liberté.

Ce film est en cours de production. Si vous souhaitez participer au financement participatif qui débutera le 1er octobre 2014, vous pouvez nous faire parvenir un message à contact@jplusb.fr ou nous joindre au 01 34 75 83 06.

La Nef* a créé un service de Finance Participative de Dons en Partenariat avec la plateforme My Little Big Company.

Depuis de nombreuses années la Nef est un partenaire financier de J+B Production et a régulièrement fait la promotion des films de Jean-Paul et Béatrice Jaud. C’est parce que la Nef partage le message de ces films qu’elle a décidé de mettre à disposition de Jean-Paul et Béatrice ce service de finance participative pour la campagne de levée de fonds de leur nouveau film : Libres !

* La Société financière de la Nef est une coopérative de finances solidaires. Depuis sa création en 1988, elle exerce une double activité de collecte d’épargne et d’octroi de crédit dans le cadre d’un agrément de la Banque de France.

Dans l’espoir de voir ce nouveau pavé dans la marre lancé rapidement, merci de diffuser l’information autour de vous.

Très belle journée à toutes et à tous,

Anti

Photos et synopsis J+B séquences. Pour suivre toute l’information sur le film, suivez son actualité sur Facebook.

2 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Trials et monos en apesanteur à la Fontaine

Dimanche après-midi, nous avons fait un petit tour aux jardins de la Fontaine, Enzo et moi. Nous y avons croisé la route d’un groupe de huit joyeux cyclistes pas comme les autres, puisqu’ils pratiquent le vélo trial et le monocycle en virtuoses. Les photos qui suivent ont été prises principalement au bord de la fontaine elle-même et tout en haut près de la tour Magne. Je vous en montre une première série ce matin, le reste un peu plus tard.

DSC06904p

DSC06908p

DSC06918p

DSC06928p

DSC06930p

DSC06940p

Très belle journée à vous

3 commentaires

Classé dans Accueil

Mes derniers p’tits cailloux

Dscf0368b

J’aime toujours autant peindre des mantras sur des galets ramassés de-ci de-là. Dans ma dernière fournée, il y avait un mantra de la compassion, (une version ronde et une version horizontale) et un mantra de la Tara verte.

Dscf0364b

Suivant les conseils de Fan, pour ce premier mantra de Chenrezig je me suis essayée à l’encre. L’exercice était tout nouveau, surtout au pinceau, mais s’est finalement bien passé. Il exige un certain lâché prise et une bonne dose de confiance dans son geste… Une seconde d’inattention et flop ! Tout est foutu ! Le résultat violet est plutôt pas mal à mon goût. A retenter !

Ce galet et le suivant se sont ensuite envolés pour la Suisse puisqu’il s’agissait des cadeaux pour nos amies helvètes :-) (Ce sont elles qui avaient choisi leur galet lors de leur séjour à Nîmes).

Dscf0365b

Celui-ci représente le mantra de Tara. Je l’ai choisi pour Mélanie qui m’a offert de magnifiques présents lors de notre dernier passage à Lausanne, dont une Tara splendide. Je vous en montrerai des photos un jour prochain.

Dans le bouddhisme tibétain, Tara est considérée comme la Libératrice et la Mère de tous les Bouddha ; elle serait née d’une larme de compassion d’Avalokiteshvara (Chenrezig).

Dscf0364

Le troisième galet m’a été inspiré par sa forme. C’est la première fois que j’écris le mantra de Chenrezig de cette manière. Je le trouve très beau et particulièrement reposant.

cailloux mantrasb

Il me reste encore tout plein de beaux cailloux à la maison. Je me réjouis à l’idée de peindre bientôt de nouveaux mantras !

Très belle journée à vous,

Anti

Pour voir les autres cailloux, cliquez ici.

7 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

« Corrida la honte », opération Parlement

Opération d’une ampleur sans précédent pour soutenir
les propositions de loi visant à l’abolition de la corrida en France

Les 925 parlementaires français ont reçu chacun

un exemplaire du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie »

ce lundi 15 septembre

Nîmes, le 15 septembre 2014 – Une opération d’une ampleur sans précédent dans le combat pour l’abolition de la corrida a été réalisée lundi matin au Sénat puis à l’Assemblée nationale. Au total, 925 exemplaires du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie » ont été distribués aux 348 sénateurs et aux 577 députés français. Un courrier personnalisé était joint, suivant que les parlementaires concernés avaient ou non exprimé publiquement leur soutien à l’une des quatre propositions de projet de loi (PPL) abolitionnistes actuellement déposées mais toujours pas mises à l’ordre du jour (trois à l’Assemblée et une au Sénat), ou à l’une des PPL de même nature déposées dans une précédente législature. Le but de cette opération est de leur fournir les résultats d’une enquête solidement étayée de plus de deux ans sur le monde souvent opaque de la tauromachie en France, ceci afin de les inciter à soutenir l’une des PPL en cours de validité.

Pour rappel, les PPL concernées ont été déposées fin 2013 à l’initiative de Laurence Abeille (députée EELV), Geneviève Gaillard (députée PS), Damien Meslot (député UMP) et Roland Povinelli (sénateur, PS). Elles demandent toutes l’abrogation de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal (sections Crimes et Délits), ledit alinéa autorisant par exception certains départements à pratiquer des « sévices graves et actes de cruauté » envers un animal si « une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». C’est notamment le cas de 11 départements du sud de la France où la corrida est autorisée. Dans les 90 autres, la corrida est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. Consulté en septembre 2012, le Conseil constitutionnel avait considéré que cette inégalité des Français devant la loi était conforme à la Constitution, tout en précisant dans son rendu que la corrida relevait bien de « sévices graves et actes de cruauté » envers un animal.

Outre cette définition juridique, le livre « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » permet de découvrir la réalité de la corrida : fraudes imputables au monde de la tauromachie, fonctionnement économique basé sur un gaspillage de subventions publiques (condition sine qua non de sa survie), inversion des valeurs chez les jeunes enfants confrontés à la violence des arènes, traumatismes attestés par des experts de l’enfance chez les plus sensibles, violences sur les personnes, etc.

L’opération de distribution des 925 exemplaires de « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » n’a pu être réalisée que grâce au soutien indéfectible de partenaires qui en ont assuré le financement. Le CRAC Europe remercie à cette occasion la Fondation Brigitte Bardot, l’association belge Animaux en Péril, la Société Nationale pour la Défense des Animaux ainsi que les Éditions du Puits de Roulle.

Il est à noter que, dès la sortie du livre « Corrida la Honte – Les dessous de la tauromachie » en mai 2014, le lobby tauromachique l’a attaqué en référé en vue d’en interdire la couverture montrant un fait-divers survenu sur la voie publique à Nîmes en 2012 : la statue d’un torero local, située devant les arènes de la ville, avait été souillée pendant quelques heures de faux sang. C’est la sculptrice de cette statue, soutenue par l’Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT), qui a déposé plainte pour non respect de ses droits patrimoniaux. Après plusieurs erreurs de procédure commises par l’avocat de l’ONCT, ce qui a au passage offert une large exposition médiatique à l’ouvrage et propulsé ses ventes jusqu’à épuisement du premier tirage, le jugement a finalement été rendu public ce même lundi 15 septembre peu avant 18h et confirme l’interdiction de la couverture, avec un délai de huit jours pour que la maison d’édition se mette en conformité.

Les exemplaires ayant été distribués aux parlementaires avant le rendu du tribunal, il s’agit bien de la version du livre avec sa couverture désormais interdite.

On notera que le seul élément dont le lobby taurin a obtenu la censure est la couverture du livre et non son contenu. Un nouveau visuel viendra donc remplacer l’ancien dans les prochains jours, sans que les faits dénoncés à l’intérieur du livre n’aient jamais été remis en question.

Une version augmentée du livre est d’ores et déjà en cours de finalisation pour inclure d’autres événements marquants survenus depuis la publication de la première édition : rapport accablant de la Cour des Comptes sur le déficit cumulé des corridas dans la ville de Bayonne depuis 2006, violences sans précédent à l’encontre de manifestants pacifiques à Maubourguet, arrêtés illicites visant à restreindre le droit de manifester des abolitionnistes, etc.

C’est pourquoi il est plus que jamais urgent de mettre à l’ordre du jour des deux chambres un réel débat suivi d’un vote sur l’abolition de la corrida.

Pour le CRAC Europe et ses partenaires,
Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe, auteur de « Corrida la Honte »
r.lahana@anticorrida.com
06 11 54 02 83

Logo CRAC AEP FBB SNDA EPR

14 commentaires

Classé dans Accueil, Corrida

Robert Notenboom – Librairie La Charpente

RN Charpente

 

Notre ami et poète Robert Notenboom présentait son dernier recueil publié aux Editions du Puits de Roulle « Les Chemins du Silence » samedi dernier à la nouvelle librairie de Douai, La Charpente.

Il y a reçu un accueil chaleureux comme en témoignent ces quelques photos et commentaires d’un public conquis. Merci à toutes et à tous et merci Robert pour ces instants de grâce.

Marie-Hélène Niklikowski photo 2

« La poésie de Robert Notenboom est comme une tisane: on l’a boit et elle diffuse dans notre corps et notre mental, comme une vague de bien-être qui nous détend et nous invite au rêve et à une paix intérieure. Merci à vous… Les chemins du silence vivent sur ma table de nuit… et m’attendent… » - Florence M.

Philippe Pitet

« L’élégance, partout… » - Jean D.

Jean Loup Lepretre photo

« Beau et quelle simplicité.«  Shun Ryu Deutzen

Jean Loup Lepretre Isabelle Debiève venue écouter et soutenir Robert Notenboom

« C’était un très bel après-midi ! Merci Robert et à toute l’équipe de la librairie et aux auditeurs aussi Marie-Hélène N. » Isabelle D.

Jean Loup Lepretre Mon Ami Robert et moi à la Librairie La Charpente que du bonheur

« Merci Robert pour le bel après midi passé hier en ta compagnie. Grâce t’en soit rendue. » Jean Loup L.

Matière à lire

A noter, la prochaine rencontre-dédicace de Robert Notenboom aura lieu à la librairie parisienne « Matière à lire » le jeudi 25 septembre à partir de 15 heures jusqu’à 20 heures. Cette magnifique librairie (trois salles en enfilade) se situe au 20, rue Chaligny dans le 12ème (métro Reuilly-Diderot).

Tous nos articles concernant Robert Notenboom se trouvent ici : Lien.

Très bel après-midi à toutes et à tous,

Anti

Crédit photo : Jean-Loup Leprêtre (3,4, 5), Marie-Hélène Niklikowski (1), Philippe Pitet (2).

 

2 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Pris en otages

Bonjour à toutes et à tous !

Il y a quelques heures encore, notre présence sur le blog n’était pas sûre. En effet, nous avons été pris en otage ! Si ! Si !

Pas plus tard que vendredi matin, une horde de quatre pattes à poils voulait m’empêcher d’accompagner Anghbor au lycée. La preuve en image :

Chats otage

Plus tard dans la soirée, je recevais un message quasi anonyme me demandant une rançon si je voulais retrouver mon chéri : « Nous avons votre mari et vos livres. Si vous voulez les revoir, déposez une rançon de 10 millions de dollars dans la poubelle à l’angle du 38 rue Martre, à Clichy. Venez seule, si vous voulez les revoir… vivants… Mouahahahaha !

Ps : leur vie est menacée par 3 cerbères aux crocs acérés. »

Roger otage

Par je ne sais quel miracle, nous avons été libérés et nous nous sommes retrouvés samedi soir à la nuit tombée. Ouf !

Bonne journée !

Anti

Crédit photos : Anghbor (1) et OV (2)

7 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Un arsenal de délits découvert chez plein d’aficionados

Le 7 septembre dernier, deux militantes anti-corrida qui circulaient sur la voie publique hors du périmètre interdit autour des arènes de Boujan pendant une corrida ont été arrêtées avec gyrophares, fouilles au corps, perquisition de la voiture, le tout suivi d’une garde à vue. Elles transportaient en effet ce que la presse à scandale, euh je veux dire la presse locale, n’a pas hésité à appeler « un arsenal ».

arsenal

Les policiers chargés de leur garde à vue les ont rapidement relâchées, l’arsenal en question pouvant s’acheter en toute légalité dans n’importe quelle boutique de farces et attrapes ou sur internet à la rubrique « accessoires de paintball ». Les deux militantes n’avaient donc aucune raison d’avoir été arrêtées. Le matériel saisi était, en effet, constitué de grenades de peinture en vente partout sur internet au prix moyen de 4 euros la grenade, de pétards (on ne rit pas, les enfants), de lunettes (si, si, les lunettes, c’est dangereux), de masques (disponibles dans toutes les boutiques de bricolage au rayon peinture, si ça c’est pas du terrorisme…) et même, tenez-vous bien, de deux cornes de brume (effrayant).

De toute évidence, le journaliste qui a écrit cet article n’a pas d’enfants, ou alors il les a déjà livrés à la police depuis belle lurette pour terrorisme aggravé en découvrant des gadgets analogues dans leurs tiroirs ou pire, des sifflets en plastique (des aficionados peuvent vous rouer de coups pour moins que ça).

Ils ont dû tomber de leur chaise, à la Section Extrémismes Violents du Bureau de Lutte Anti-Terroriste, quand ce nouveau cas de violence exacerbée de redoutables anti-corrida, en vue d’un probable attentat terroriste déjoué de justesse, est remonté jusqu’à eux. Le coup des grenades de paintballs et des pétards, ils n’avaient encore jamais vu ça chez les djihadistes ou les ultra-nationalistes qu’ils surveillent à longueur d’année avec les moyens les plus sophistiqués. C’est dire si on peut toujours repousser les frontières de la terreur.

Remarquez, les CRS ayant procédé à l’arrestation sans aucune justification légale devaient être bien intentionnés, dans le fond : selon le journaliste, leur crainte était que les pétards ne fassent peur aux animaux. Ah ben voilà, c’était donc ça : ces deux militantes animalistes étaient en fait de dangereuses activistes aux motivations troubles, prêtes à tout pour faire peur aux moineaux du village. Ou aux chiens et chats du quartier. Pas aux taureaux, en tout cas : ces derniers étaient bien trop occupés à se faire transpercer de toutes parts et à se vider de leur sang sous les vivats joyeux du public pour se préoccuper de ça.

rod 3

Heureusement que, côté aficionados, les gens sont bien plus respectueux de la loi. Enfin, sauf ce torero écroué pour proxénétisme en bande organisée avec une quinzaine d’autres mafieux, ou ce pédophile arrêté en flagrant délit de tripotage de petite fille dans les arènes de Mont-de-Marsan, ou ces violeurs en série lors des fêtes annuelles de Pampelune sans parler de celles de Vic-Fezensac, ou ces honnêtes organisateurs de corridas qui truandent consciencieusement le fisc depuis des années comme à Nîmes ou à Arles, ou ces braves garçons qui cultivaient 10 000 plants de cannabis dans des arènes espagnoles, ou ces spectateurs avides de sang humain à Rodilhan ou à Maubourguet qui ont lancé des appels au viol et au meurtre, voire sont passés à l’acte à grands coups de barres de fer, de poings, de pieds pour envoyer des anti-corrida aux urgences ou pour tout simplement les rouer de coups. La liste est encore longue, il y aurait de quoi écrire un livre entier là-dessus. D’ailleurs, je l’ai fait.

Remarquez, à la limite, certains vous diront que c’est moins grave que si, disons, au hasard, un responsable de club taurin roulait régulièrement sans permis complètement bourré bien que plusieurs fois condamné, risquant ainsi de tuer à tout moment n’importe quels innocents qui auraient le malheur de croiser sa route. Euh… attendez… au temps pour moi. Ça aussi, il y a des aficionados qui le font. Et quand l’irresponsable en question se fait prendre, il recommence juste après et ment à tout son entourage pour le cacher. Mieux, il repart du tribunal à nouveau condamné, toujours sans permis… au volant d’une voiture. C’est le Midi Libre du 20 juillet dernier qui nous l’apprend et cette fois, sans photo choc ou titre accrocheur – un sens de la réserve et de la discrétion qui l’honore.

afioc volant

Mais on ne va pas généraliser, n’est-ce pas. Ce n’est pas parce qu’une liste sans fin d’aficionados commettent des infractions allant du délit de droit commun jusqu’à la tentative de meurtre ou au viol (qui est un crime, rappelons-le) que tous le font. Ce n’est pas parce qu’ils se montrent de façon constante depuis des années d’une violence ahurissante envers des citoyens qui ne pensent pas comme eux qu’on va, nous aussi, les traiter de terroristes extrémistes violents dangereux prêts à tout. On sait se tenir, on n’est pas des viards.

Cela dit, ce n’est pas non plus parce qu’ils échappent la plupart du temps à des condamnations, même quand ils sont filmés en pleines exactions, qu’on va les considérer comme des braves gens ou des exemples de civisme. Et ce n’est certainement pas de brutes épaisses et de délinquants compulsifs qu’on attend des leçons de morale ou de bonne conduite.

4 commentaires

Classé dans Accueil, Corrida

Le député Damien Meslot interpelle le Ministre de l’Intérieur sur les violences policières à Maubourguet

Le député-maire de Belfort, Damien Meslot, a visionné les images de la manifestation citoyenne de Maubourguet du 23 août dernier et a été particulièrement choqué par la violence des aficionados et des CRS. Il vient de poser une question écrite au ministre de l’intérieur :

« Monsieur Damien Meslot attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’intérieur sur les incidents qui ont eu lieu le 23 août 2014 à Maubourguet (65). En effet, ce jour-là lors de la corrida organisée dans cette petite commune des Pyrénées s’est déroulée une manifestation d’opposants à la corrida. Cette manifestation était pacifique mais des CRS sont intervenus contre les manifestants de façon musclée, pour ne pas dire brutale. Plusieurs militants opposés aux corridas ont ainsi été blessés. C’est pourquoi il lui demande ce qu’il pense de ces événements st s’il entend donner des consignes de modération à certains CRS. »

manu2

Le député Meslot a déposé une proposition de loi pour l’abolition des corridas le 6 novembre 2013 . Elle est enregistrée sous le numéro 1525. A ce jour, nous comptons 75 députés abolitionnistes et nous poursuivons notre collecte de signatures.

question Meslot

Rappelons qu’à Maubourguet, un commandant de CRS a pu dire devant de nombreux militants lors de cette action : « je suis aficionado et je suis là pour casser des anticorridas ». Rappelons que les militants abolitionnistes étaient totalement pacifiques, que pas un aficionado n’a été blessé. En revanche un militant a été roué de coups par des amateurs de torture tauromachique et a eu le bassin fracturé, ainsi que le coude. Il a été opéré ces derniers jours afin de lui poser une prothèse du coude. Un autre militant a été battu à coups de barre de fer par un aficionado : traumatisme crânien et 4 agrafes sur le cuir chevelu. Une militante a eu des côtes cassées. Le président du CRAC Europe a été interpellé avec une extrême violence uniquement parce qu’il avait un mégaphone en main. Il a été retenu 20 heures en garde à vue et doit passer le 6 janvier 2015 devant le tribunal de Tarbes. Et pour tous les agresseurs ? Rien pour l’instant.  Ce deux poids deux mesures est insupportable. L’indignation est à son comble dans le camp des abolitionnistes. Cette façon de maltraiter les citoyens pacifiques et de protéger les tortionnaires ne pourra pas perdurer.

Pour le CRAC Europe
Jean-Pierre Garrigues, président
Tél. 06 75 90 11 93
www.anticorrida.com

crac header

Laisser un commentaire

Classé dans Corrida

Des cieux de Lyon

Oui, oui, je suis en mode calembours à deux balles depuis hier :-) mais bon, un rien m’amuse. Alors, ce matin, comme le titre l’indique, je vais vous montrer non pas des yeux de lion mais quelques photos du ciel, prises hier en fin de journée aux alentours de Lyon. Qu’est-ce que je faisais là-bas ? Hé bien, c’est une autre histoire, que je vous raconterai un peu plus tard. Pour le moment, place aux images.

DSC06884p

DSC06886p

Toute la région était couverte de nuages qui ont eu le bon goût de présenter des trous au moment où le soleil s’abaissait vers l’horizon. Le résultat ? De magnifiques rayons qui, comme leur nom l’indique, rayonnaient. Et vers l’est, l’aspect sombre du plafond nuageux devenait vaguement inquiétant.

DSC06893p

Quelques dizaines de kilomètres plus au sud, retour au ciel de chez nous, comme ici au niveau du village de Mornas et de sa citadelle. Rien à voir, n’est-il pas ?

DSC06900p

DSC06901p

Très belle journée à vous

3 commentaires

Classé dans Accueil

Du beau autour du lait

Parfois, il suffit d’avoir un appareil photo sous la main juste au bon moment pour saisir des scènes d’une harmonie parfaite. Tenez, celles-ci par exemple. Du moins si on aime les chats. Et justement, nous, on les aime. Alors, ce matin pour vous, voici du beau autour du lait.

DSC06856p

DSC06862p

DSC06861p

Très belle journée à vous

4 commentaires

Classé dans Accueil

Rodilhan, trois ans et toujours pas de procès

TOUS A RODILHAN LE 5 OCTOBRE 2014 !

Cela va faire trois ans jour pour jour que le lynchage de Rodilhan a eu lieu. Bien que l’instruction soit bouclée depuis près d’un an, toujours aucun procès en vue. C’est inacceptable et scandaleux. Une action citoyenne a été lancée sur Facebook pour appeler à revenir manifester à Rodilhan le 5 octobre 2014, à l’occasion d’un nouveau spectacle de torture animale organisé par le maire de cette commune devenue un symbole de notre combat.

Le CRAC Europe soutient cette action citoyenne et appelle un maximum de personnes à y participer.

Attention, des événements bidons ont également été créés par des irresponsables qui contactent ensuite les participants pour les informer que cette manifestation est un leurre et que personne ne doit venir ; les vrais militants anti-corrida apprécieront.

Nous devons être les plus nombreux possible à venir protester, non seulement contre la corrida qui se tiendra ce jour-là mais aussi contre le déni de justice que nous subissons depuis trois ans.

Pour rappel, le 8 octobre 2011, 70 manifestants anti-corrida pacifiques et enchaînés se sont fait lyncher par une trentaine d’aficionados dans l’arène de Rodilhan pour avoir voulu empêcher le massacre de jeunes veaux. Des violences ahurissantes ont été commises, à coups de pieds, de poings, de lance à incendie. Des femmes ont subi des agressions sexuelles, ont été traînées sur le sable tirées par les cheveux. Sans parler des insultes les plus ordurières…

rodilhan

Tout a été filmé par plusieurs militants postés sur les gradins ou descendus sur le sable pendant le passage à tabac. La quasi totalité des agresseurs ont été identifiés grâce aux vidéos, ont été confrontés aux images les montrant en pleine action, ont reconnu les faits. Ils font l’objet de 70 plaintes. Trois ans plus tard, rien. Silence radio.

Quand un leader anti-corrida traite des aficionados de sadiques, pervers ou barbares – des qualificatifs qui découlent pourtant directement de la définition pénale de la corrida – il se retrouve devant un tribunal sept mois plus tard. Et quand il est mis en garde à vue pour utilisation d’un mégaphone lors d’une autre manifestation, il a la date de son procès avant même de quitter les locaux de la gendarmerie.

Quand, à Maubourguet, des aficionados traitent des anti-corrida de putes, pouffiasses, enculés, salopes, connards, quand ils font de l’incitation au viol – « baissez-lui son pantalon, on est là pour s’amuser » -, quand ils font de l’incitation au meurtre – « lâchez les taureaux sur eux », « jetez-les à la rivière », « coupez-lui les mains » -, quand ils tabassent un manifestant en lui causant des fractures multiples et le rouent de coups de pied en lui crachant dessus alors qu’il s’est effondré au sol, quand ils cognent à coups de barre de fer un militant qui quitte l’arène et se retrouve aux urgences avec une fracture du crâne, quand ils tabassent une jeune femme sous prétexte qu’elle veut s’interposer parce que d’autres aficionados frappent d’autres femmes à coups de manche de râteau, ils sont félicités par un histrion pathétique pour leur « tenue exemplaire » et leur « sens des responsabilités ». Et pour tous les militants qui ont déposé plainte, peut-on au moins espérer que la justice bougera aussi vite pour eux qu’elle n’a bougé contre nous ?

rodilhan 1

Quand 70 anti-corrida ont été frappés, insultés, menacés de mort lors des exactions de Rodilhan en 2011 et qu’ils ont déposé plainte, l’enquête a été confiée à un seul homme, un adjudant d’un village voisin, sans aucun moyen technique, qui a mis plus de deux ans avec l’aide du CRAC Europe pour identifier et convoquer tous les auteurs des voies de fait. La procureure de Nîmes a reçu l’ensemble des dossiers et a bouclé son instruction fin 2013. Depuis, aucune date pour le procès. Rien.

Quand des anti-corrida font une manifestation autorisée à Rodilhan en 2013, des barrières dignes d’un bagne sont dressées, 260 gendarmes et CRS sont déployés, les numéros d’immatriculation de toutes les voitures des manifestants sont relevés, des dizaines de gendarmes sont mobilisés pour retrouver les conducteurs et leurs passagers, des dizaines de manifestants sont convoqués dans les semaines qui suivent par la police, fichés et photographiés, constituant ainsi un fichier utilisé désormais lors de chaque nouvelle corrida pour filtrer en toute illégalité les spectateurs munis de leur billet. La CNIL a été saisie ; bougera-t-elle plus vite qu’un magistrat nîmois censé dire le droit même quand ce sont des aficionados qui sont sur le banc des accusés ou qu’une procureure dacquoise remarquablement prompte à réprimer tout anti-corrida qui passe dans sa juridiction pour avoir utilisé le mot « sadique » ? (Elle vient fort heureusement d’être mutée à Paris, où elle est partie avec ses banderilles et sa cape d’El Cordobès).

Le 5 octobre prochain, tous les citoyens anti-corrida qui le peuvent doivent se retrouver à Rodilhan. L’an dernier, la mobilisation avait conduit le maire à mettre son village en état de siège pour la plus grande fureur de ses habitants. Ils ont pourtant réélu le même maire au premier tour en mars 2014. Ce dernier a donc, avec sa morgue habituelle, programmé à nouveau une novillada dans quelques jours, comme chaque année.

Nous considérons qu’il s’agit là d’une provocation inacceptable, alors que les lyncheurs de 2011, parfaitement connus, courent toujours sans avoir été jugés et seront peut-être présents en toute impunité à pérorer sur les lieux mêmes de leurs exactions. Les violences de Maubourguet il y a quelques semaines montrent que celles de Rodilhan en 2011 n’étaient pas un dérapage, mais bien la nature profonde des aficionados. Normal pour des gens qui se régalent de la souffrance infligée à des victimes captives et qui jouissent en voyant leur sang couler.

Le maire va-t-il à nouveau faire monter des barrières de deux mètres de haut dans toutes les rues conduisant aux arènes ? Si nous sommes 750 comme l’an dernier, le préfet mobilisera-t-il à nouveau 260 gendarmes et CRS pour nous charger et nous gazer, alors que nous n’aurons pour seule arme que nos voix ? Et si nous sommes 1000 inscrits sur l’événement Facebook, combien y aura-t-il de policiers, d’hélicoptères, de véhicules anti-émeute ? Et si nous sommes 2000 ? Et si nous sommes 3000 ?

Le premier ministre, honteux de son aficion au point de ne plus vouloir être vu à une corrida, va-t-il à nouveau décréter un plan Vigipirate de niveau 3 pour interdire le port de sifflets ? Est-ce que cette novillada, qui n’a attiré l’an dernier que 200 abrutis, vaudra ce que l’Etat ou la commune devront dépenser pour la maintenir ? Est-ce que l’Etat ou la commune sont prêts à payer également le coût médiatique d’un déploiement de forces de l’ordre et de scènes de guerre civile dignes d’une dictature, tout cela pour empêcher des manifestants non violents de dire non à un spectacle de torture ?

Il faut dire non à cette nouvelle provocation, non à cette barbarie insupportable en pleine déconfiture, non à cette arène, pustule nauséabonde qui accueille tous les ans des massacres abominables pour une poignée de pervers à la dérive.

TOUS A RODILHAN LE 5 OCTOBRE 2014 !

Un commentaire

Classé dans Accueil, Corrida

Joli Cœur n’a pas peur…

Joli Cœur n’a pas peur du docteur.

La preuve avec ces images de Joli Cœur dans le sac à nécessaire de consultation du bon Dr Roche, notre vétérinaire à domicile, dont nous vous avons souvent parlé sur le blog.

Dscf0449c Dscf0450c Dscf0453c Dscf0459c Dscf0451c Et voilà ! Tout est en ordre ! Tu peux y aller Christophe ! Très bonne journée à toutes et à tous,

Anti

Un commentaire

Classé dans L'Univers d'Anti

Batman, le chat le plus détendu de la Terre

Des chats dans des poses alanguies quand ils dorment, on en voit tout le temps. Mais là, Batman vient de franchir un nouveau cran dans l’échelle de la zénitude. Non seulement il dort sur le dos comme n’importe quel chat qui se sent en sécurité totale, mais en plus, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il aime relâcher tous ses muscles. La preuve :

DSC06836p

Il n’est pas sans rappeler Pierrot, à qui il ressemble beaucoup. Ce dernier aime bien également étirer les jambes quand le câlin en vaut la peine.

DSC06838p

Mais là où Batman a pris une nouvelle avance, c’est lorsqu’il s’est endormi hier en défiant les lois de la pesanteur :

DSC06843p

Bon, il y a un truc : c’est Joli Coeur qui, en dormant sur le bas de son corps, maintient l’équilibre. Avouez quand même que c’est un sacré bel exemple de lâcher prise.

Très belle journée à vous

2 commentaires

Classé dans Accueil

Let there be book !

unnamed

 

Vous qui suivez le blog avec une certaine assiduité, vous savez qu’Anna va bientôt recevoir son cadeau d’anniversaire (oui, je sais, c’est en avril, mais bon… voilà, voilà…).

Voici donc des nouvelles fraîches des auteurs Baptiste Brelet & Philippe Lageat :

Oyez, oyez, fans d’AC/DC !

Nous sommes dans l’ultime étape de finalisation du livre tant attendu « AC/DC Tours de France 1976-2014″. Nous en profitons donc pour vous donner des informations supplémentaires.

Tout d’abord, nous tenons à remercier chacun d’entre vous d’avoir participé à cette souscription qui nous aura permis de financer l’impression de l’ouvrage. UN GRAND MERCI A VOUS !

D’autre part, dans la campagne poitevine, du 1er au 9 septembre dernier, nous avons assisté à l’impression du livre. Nous vous proposons de revivre en vidéo ce moment qui aura vu coucher sur papier sept ans de travail acharné.

Si cette étape s’est révélée plus longue que prévu (la faute à un livre très riche en documents, en couleurs et en texte), nous pouvons vous affirmer aujourd’hui que le bébé est encore plus beau que nous ne l’espérions.

La livraison de celui-ci aura lieu aux alentours du 30 septembre par le biais de l’expéditeur T.N.T (ça ne s’invente pas !). Une date de livraison au 23 septembre avait été un temps évoquée, mais suite au léger décalage survenu pendant l’impression, il nous faut repousser cette date d’une petite semaine. Merci de votre compréhension !

D’ici là, vous pouvez nous suivre et/ou nous contacter en direct via ce lien (consultable sans inscription) ou tout simplement par mail : acdcbook@free.fr

Encore un tout petit peu de patience, l’arrivée du graal est imminente !

Encore MERCI !

Let there be book !

Très belle journée à toutes et à tous !

Anti

Un commentaire

Classé dans L'Univers d'Anti, Musique

Des nouvelles de Maoré

Depuis deux ans, Maoré – le frère de Gus – joue au chat invisible. Il disparaît pendant des semaines et un jour ou l’autre, sans qu’on sache pourquoi, il repasse par la maison pendant quelques heures, peut-être pour nous dire qu’il va bien. En fait, il passe aussi systématiquement quand quelque chose ne va pas, preuve qu’il se souvient que chez nous, c’est le lieu où il sera protégé et soigné. Nous nous sommes dit assez vite qu’il devait tout simplement avoir choisi une maison voisine pour vivre sa vie, probablement parce qu’il supporte mal qu’il y ait trop de chats chez nous à son goût.

085854

Il y a quelques semaines, il est venu avec une énorme boule sur le côté. On l’a emmené chez un véto, qui l’a opéré – un truc sans gravité mais qu’il fallait enlever. On a gardé Mao enfermé quelques jours, le temps que ça cicatrise un peu. Forcément, comme le toubib lui a rasé les poils autour du point d’intervention, les autre gens chez qui il réside ont compris qu’il habitait aussi ailleurs. Mais nous ne savions toujours pas qui ils étaient.

Récemment, il est revenu tout maigre. On l’a vermifugé, nourri des plats les plus exquis. Il est reparti.

C’est alors que notre voisin direct, juste de l’autre côté de l’un des murs de notre jardin, nous a dit que Mao vivait chez eux. Son épouse est folle amoureuse de lui et le couvre de câlins, même s’il est parfois un peu embêté par leur chat Titou, un énorme et superbe matou tigré. Nous étions tous très contents de découvrir mutuellement les pans cachés de la vie de Mao, et surtout de savoir qu’il était bien traité de part et d’autre. Et, bien sûr, pas question de le contraindre à choisir sa maison, l’important est qu’il soit bien là où il est.

091436

Hier, il est passé juste pour le plaisir de dormir dans notre chambre, au calme. Il a une ligne superbe et il est très heureux d’avoir deux maisons où tous les humains l’aiment.

Très belle journée à vous

Un commentaire

Classé dans Accueil

Oh ! Des photos de…

IMG_8021

… Valentine ;-) accompagnées d’un gentil petit mot : « Gros bisous et caresses et tous ces petits chats qui se sont donné le mot: tous au Puits de Roulle !!! Courage.

Photos de chats prises dans le Pays d’en Haut dans le joli et typique village de Rossinière  (en Suisse) où a vécu et mort le peintre Balthus ! »

IMG_8023

IMG_8022

IMG_8024

IMG_8025

Très belle journée à toutes et à tous !

Anti

3 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Sosies

Tout est dans le titre…

DSC06799p

 

DSC06774p

 

DSC05455p

 

DSC06180r

 

Très belle journée à vous

2 commentaires

Classé dans Accueil