La fête du siècle

Cette année, nous avons 100 ans. Eh oui, ça nous pousse !

En effet, nous sommes nés en 1974 et en 1954. 40 ans + 60 ans, le compte est bon. Un siècle déjà, ça file… Depuis longtemps, nous avons décidé que nous fêterions ce total symbolique ensemble, plutôt que chacun séparément. Restait à trouver une date. Au moment de nos vrais anniversaires (au mois de janvier et d’avril), ce n’était pas très pratique pour nous réunir tous, mieux valait attendre l’été. Nous avons finalement arrêté le samedi 26 juillet.

Nous avons été très heureux d’inviter une vingtaine d’amis à se joindre à nous. La soirée s’est déroulée chez nous, sur la pelouse, en toute simplicité, juste pour le plaisir de passer un moment joyeux ensemble. Il y avait de quoi boire et de quoi manger, des rires et des chats sans oublier des hérissons, des chauve-souris et quelques autres qui sont restés cachés mais ont participé à la fête, on en est sûrs Il n’y avait pas de boule à facettes ni de discours.

Aucun animal n’a été mangé.

Merci à vous, les amis, d’avoir fait de cette soirée un moment parfait.

Très belle journée à vous

Les photos un peu plus tard… Quand on fête un siècle, on n’en est pas à quelques heures près.

3 commentaires

Classé dans Accueil

Le bal des cygnes

Nous profitons à fond des dernières heures avec nos amis suisses avant leur retour à Lausanne. Aussi, ne m’en voulez pas de faire une note minimale pour vous accueillir ce matin. Les photos de la fête du siècle suivront un peu plus tard, promis.

Pour vous faire à la fois patienter et surtout bien démarrer la journée et la semaine, voici pour vous une photo prise samedi matin de deux cygnes en pleine chorégraphie aquatique, entourés de reflets du soleil dans le bassin principal des jardins de la Fontaine.

DSC05289p

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

Stromae, un show fabuleux

Le 24 juillet, Stromae passait à Nîmes aux arènes. J’avais de la sympathie pour le chanteur – excellent artiste – mais sans le connaître vraiment. Anti avait très envie d’aller le voir. Un mail plus tard à qui de droit et nous avions deux invits pour venir assister au concert. La soirée a commencé de façon incertaine : il pleuvait des cordes.

DSC05086p

Heureusement, le plafond nuageux s’est vite dissipé et nous avons pu prendre place sur les gradins. Je passe sur la première partie, un trio aux compositions originales mais qui se limite lui-même par le choix restreint des instruments utilisés (violoncelle, guitare, contrebasse). Vient enfin le grand moment.

DSC05094p

Dès les premières secondes, on sait qu’on va passer une grande soirée. Une animation défile en fond de scène alors que des nappes de sons envahissent l’espace… et c’est parti pour deux heures de show totalement déjanté, plein d’imagination et de trouvailles visuelles, d’éclairages fabuleux, de son énorme et – ce n’est pas le moindre – d’humour et de talent.

DSC05122p

DSC05142p

DSC05135p

DSC05149p

DSC05165p

Parmi les surprises, il faut citer la prestation d’Omar Sy hilare en faux Stromae (mais on l’a très vite reconnu !) pour la chanson « Papa où t’es ». Et j’ai aussi adoré les séquences en ombres chinoises, ainsi que le dernier rappel chanté a capella, un petit bijou. Sans parler des costumes de scène, avec short moulant de rigueur et chapeau melon pour tout le monde.

DSC05192p

DSC05178p

DSC05233p

Un immense bravo à Stromae lui-même, à ses musiciens et aux scénographes qui ont imaginé cette avalanche d’effets superbes, dont les danseurs clonés qui faisaient des chorégraphies de dingue.

Très belle journée à vous

DSC05222p

DSC05217p

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil, Coups de coeur, Musique

Stromae à Nîmes (à suivre)

Hier soir, nous avions des invitations pour assister au concert de Stromae dans les arènes de Nîmes. On vous raconte ça avec moult photos (si possible) un peu plus tard dans la journée parce qu’on est rentrés à une heure avancée et qu’il a fallu se lever à 4h pour Gwlad.

Autrement dit, en ce moment précis, on dort encore :-)

A un petit peu plus tard !

Un commentaire

Classé dans Accueil

Corrida la honte : la couverture

Suite à l’assignation des Editions du Puits de Roulle devant le tribunal des référés concernant la couverture du livre de Roger Lahana « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie », peut-être vous posez-vous la question de savoir comment on crée une couverture de livre ?

Explications.

corrida la honte Allain Bougrain Dubourg Roger Lahana

Pour créer une couverture de livre, il faut respecter les règles de base :

     - Une couverture doit être sobre et facilement identifiable ;

     - La police de caractère doit correspondre à l’ensemble graphiquement et en terme de couleur ;

     - Une couverture ne doit pas être surchargée avec de multiples photos ;

     - Les photos doivent être dans la thématique de l’ouvrage ;

     - Il faut aussi prendre en compte le fait qu’il y aura la manchette rouge en bas de l’ouvrage.

LE CHOIX DE LA COUVERTURE DU LIVRE :

« Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie »

1 – Le cahier des charges

Le thème : la Corrida

Le sujet : Enquête sur les dessous peu glorieux de la corrida ; une pseudo bonne réputation entachée de scandales divers et récurrents.

Il était question de réussir à trouver un symbole de la corrida qui :

- ne pouvait pas être un taureau blessé (nous ne sommes pas dans le sujet de la corrida en tant qu’acte de cruauté envers les animaux défini par l’article 521-1 du Code Pénal) ;

- ne pouvait pas être une photo de torero esthétique (le sujet n’est pas de faire la promotion de la corrida comme on le voit dans les magazines spécialisés) ;

- devait être sombre : ce qui se passe se passe bien souvent dans l’ombre, n’est pas connu du grand public. C’est l’univers du mensonge, du pouvoir, de la mort et de la cruauté. Le Mal : code couleur standard : noir.

- et surtout devait symboliser la corrida… pas simple.

- être en accord avec le titre « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie ».

Nous sommes basés à Nîmes, ville qui selon l’Expansion n°794 de mai 2014 (et selon bien d’autres sources) est « l’un des principaux fiefs français de la tauromachie française ». J’ai donc commencé mes recherches sur Nîmes.

mag nimeno copet

« Mag méditerranée tourisme 2014 : Bienvenue en Languedoc Roussillon » - Présentation des arènes de Nîmes : place avec la statue

Il s’avère que je prends beaucoup de photos. De tout. J’ai une énorme photothèque personnelle. Dans mes dossiers, l’un s’intitule : « Nîmes insolite ». Dedans, il y a de tout : des scènes, des graffitis, des animaux, des arbres, de l’architecture, et des photos des arènes de jour, de nuit et là, une photo des arènes avec l’acte de vandalisme sur la statue de Nimeno II du 24.09.2012.

J’avais trouvé la bonne photo pour illustrer ma couverture. En effet, les arènes, la place avec la statue, tout cela symbolise la corrida à merveille, ce ne sont pas les aficionados qui me contrediront sur ce point. L’acte de vandalisme (peinture rouge renversée sur la statue) était parfait pour illustrer plusieurs points : la réputation de la corrida pas si clean que ça ; le drapé de la muleta, comme un voile qui cache quelque chose ; le ras-le-bol des gens qui, face aux massacres réels d’animaux vivants, n’ont pour soupape que de la peinture à l’eau à verser dans un endroit symbolique de la corrida…

La photo est bien une photo d’un fait journalistique à la base, on y voit même le nettoyeur et son véhicule :

Image8

La photo est ensuite recadrée, nettoyée (j’ai effacé les personnes qui figuraient sur le cliché pour des raisons de droit à l’image et esthétiques) et nettement assombrie : c’est l’ensemble qui doit symboliser la corrida comme un univers sombre et souillé.

Image9

clh couv finale

Le titre est alors intégré à la couverture « Corrida la Honte » en rouge, couleur sang (on saigne des bovins lors des corridas quand même), reprenant le logo que l’on voit sur certains t-shirts anti-corrida (avec autorisation sollicitée et obtenue). Il est très gros et cache ce qu’il reste à voir de la statue, car encore une fois, ce n’est pas cette dernière (ni la personne qu’elle représente) qui est le sujet de la couverture (ni celui du livre), mais bel et bien la corrida. Enfin, une manchette apposée sur le livre cache encore plus ce qui ne nous intéresse pas, à savoir la statue en tant que telle.

Compte tenu du procès qui est en cours, voici quelques réponses aux questions que l’on m’a déjà posées.

2 – Comment et pourquoi a été prise cette photo ?

Cette photo a été prise le 24 /09 /2012 à 11 h 26. J’avais lu sur Facebook que des anti-corrida avaient aspergé la statue de Nimeno II et que les aficionados criaient à la profanation. J’ai décidé d’aller voir par moi-même en allant chercher mes enfants à l’école. Voilà pour la photo, une parmi les milliers que j’ai prises dans ma vie.

Ensuite, avais-je l’intention de l’utiliser un jour pour un livre en la prenant ? Non.

Ai-je pensé « profaner » la mémoire de quelqu’un ? Non. Puisqu’il ne s’agit pas de la statue sur la couverture mais de l’ensemble de la place des arènes et de l’acte de vandalisme. Par ailleurs, je signale qu’à mes yeux un torero est avant tout un enfant devenu grand, un enfant à qui on a n’a pas appris les règles de la vie en société, un enfant qu’on a non seulement laissé dans l’idée de toute puissance, mais que des adultes ont encouragé en ce sens, que des adultes n’ont pas hésité à mettre en danger en le faisant entrer dans une école taurine tout jeune.

Crédit Photo

On ne naît pas civilisé, on le devient

Tout enfant petit est en effet habité par le pulsionnel. Il a envie d’une chose, il la prend. Il a envie de frapper, il frappe. Et il ne peut, seul, résister à ses impulsions, car le besoin de les satisfaire est chez lui irrépressible. Cette dépendance au pulsionnel est d’autant plus déterminante que l’enfant est également dominé par ce que Freud nomme le « principe de plaisir » (son seul but est d’obtenir, le plus vite possible, le plus de plaisir possible). Et qu’il est empreint d’un sentiment aigu de sa toute-puissance : il se considère comme le centre et le maître du monde. Il n’a donc, sans l’aide des adultes, aucune possibilité d’évoluer. Comment peuvent-ils l’aider ? En l’éduquant. Travail pour eux des plus ardus, car, loin de se limiter à de ponctuelles leçons de morale, il suppose une vigilance de tous les instants. (Source)

Crédit photo

Avais-je prévu cette attaque pour faire un coup de pub ? Non. Je n’ai jamais pensé, à un seul moment, que cette photo poserait problème. Toutes les autres photos utilisées dans le livre l’ont été avec l’accord de le leurs auteurs, ce qui ne fut pas une mince affaire que de tous les retrouver. Dans le cas de la couverture, cette photo est de moi et représente un fait journalistique (voir Midi Libre). Je ne pensais pas qu’elle poserait problème donc, d’autant plus qu’il est possible d’obtenir des droits de reproduction très facilement sur le net. Suite à l’assignation, j’ai demandé à mon agence de me fournir un devis pour l’utilisation d’une autre photo des arènes avec forcément Nimeno dessus (c’est la meilleure vue) pour une couverture de livre : aucun souci. Demain, si je le souhaite, je peux acheter un nouveau cliché de cette place, avec la statue, pour la couverture de ce livre. Alors ? Que dois-je comprendre ? Est-ce le droit de reproduction qui est vraiment en cause dans cette affaire ou me fait-on un procès uniquement parce que ce livre est un outil de première main pour le respect de la loi contre les actes de cruautés et sévices graves envers les animaux sans exception, pour l’abolition de la corrida ? Comme le titre le Midi Libre d’hier : « Statue de Nimeño à Nîmes : l’artiste s’oppose aux anticorrida » il semble bien que la question n’est pas celle du droit de reproduction.

CLH FBB complet

« L’Info-Journal »de la Fondation Brigitte Bardot – 2e trimestre 2014 -

« « Corrida la honte – Les dessous de la tauromachie » un outil à faire connaître pour mobiliser nos concitoyens contre cette pseudo- tradition qui n’a plus rien à faire dans notre pays ».

J’ai dit.

Anti

3 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Nos chatons en Famille d’Accueil

Voici le temps venu de chercher de nouvelles familles pour nos chatons en accueil à la maison. A présent, ils sont sortis d’affaire et nous ferons tout pour leur trouver un bon foyer où ils seront choyés comme il se doit.

Joli Coeur

JOLI CŒUR

Joli Coeur est un tout jeune chaton roux et blanc de 2 mois et demi . Il a été trouvé à la rue avec son frère Squirel (en photo avec lui) alors que leur autre frère Batman était en train d’agoniser dans une piscine vide dans laquelle il était tombé. Aujourd’hui, ils se portent tous les trois à merveille et profitent des bons soins de leur famille d’accueil. Très affectueux, particulièrement tendre, il exprime volontiers sa joie de vivre en tétant les doigts des deux pattes avec délectation. Il adore jouer et, comme les autres, il réclame des câlins et ronronne de tout son saoul dès qu’on le prend dans les bras. Les frais d’adoption s’élèvent à 130 € par chaton  et comprennent une participation aux divers frais vétérinaire, ainsi que la stérilisation et l’identification.

Dscf0184b

SQUIREL

Squirel est un jeune chaton à dominante grise 2 mois et demi. Il a été trouvé à la rue avec son frère Joli Coeur alors que leur autre frère Batman était en train d’agoniser dans une piscine vide dans laquelle il était tombé. Aujourd’hui, ils se portent tous les trois à merveille et profitent des bons soins de leur famille d’accueil. Encore un peu timide, il est néanmoins très affectueux lorsqu’il se laisse terrasser par un câlin. Il adore jouer et, comme les autres, il ronronne de tout son saoul dès qu’il est en confiance. Il a besoin d’une personne patiente qui saura l’apprivoiser en douceur. Les frais d’adoption s’élèvent à 130 € par chaton  et comprennent une participation aux divers frais vétérinaire, ainsi que la stérilisation et l’identification.

Sweet Bauty

SWEET BEAUTY

Sweet Beauty est une toute jeune chatte de 2 mois. Trouvée dans un buisson avec ses frères Froux-Froux et Crevette alors qu’ils étaient à peine âgés de 10 jours, elle est en parfaite santé. C’est une petite chipie adorable, très douce, qui aime poser pour être prise en photo. Elle adore explorer, jouer, être câlinée et ronronne à tout va. C’est une vraie star. Les frais d’adoption s’élèvent à 130 € par chaton  et comprennent une participation aux divers frais vétérinaire, ainsi que la stérilisation et l’identification.

Chats Libres de Nîmes agglo

Tous ces petits loulous sont à adopter sous contrat Association Les Chats Libres de Nîmes Agglo.

Très bonne journée à toutes et à tous,

Anti

Laisser un commentaire

Classé dans L'Univers d'Anti, Non classé

Maillot moule-frite

Quand j’étais petit, il y a environ un demi-siècle (ça file…), les seuls maillots que portaient les individus de sexe masculin étaient des vrais maillots genre slip. J’ai vu arriver avec scepticisme les bermudas dans les années 70. Je trouvais ça franchement moche et carrément ridicule à chaque fois qu’on sautait dans l’eau et que ça se gonflait comme une baudruche. Pourtant, ce sont eux qui se sont imposés largement. Sauf dans les piscines. Là, ils sont carrément interdits.

DSC05042p

Hier, nous avions prévu d’aller à la plage. Il y avait avec nous Houssam, Gwlad, Enzo et Flavien. Avant de partir, Anti a demandé à Houssam s’il avait prévu un maillot. Il a répondu : « Oui, pas de souci, j’ai un maillot moule-frite sur moi. » Euh… hein ? Comment ça, un mayo-moules-frites ?

Devant notre regard interrogateur, il a ajouté : « Vous savez, ceux qu’on peut mettre dans les piscines. » Aaaaaaaaah ! Je dirais même plus : muhahahahahahaaa (ici, en cadeau-bonus, un smiley dessiné sur le sable par Enzo :-)

DSC05055p

Cette évolution de la traditionnelle expression « moule-bite » pour désigner les vrais maillots, devenue donc « moule-frite », m’a mis vraiment en joie. J’imaginais certes facilement ce qui, sous le maillot, pouvait bien tenir lieu de frite – bien qu’une frite soit en général d’un format largement plus riquiqui qu’une bonne grosse bite (d’amarrage) – mais pour les moules, là, ça devenait franchement hilarant.

DSC05044p

Bon, on a passé quelques heures vraiment sympa sur l’une des plages des Saintes-Maries. L’eau était super bonne et on a pris des couleurs. Je ne vous montre pas de photo du modèle que portait Houssam, ce serait déplacé. Mais du coup, j’ai regardé autour de moi sur la plage et, en fait, pas mal de mecs en portaient, des moules-frites. On bronze quand même beaucoup mieux comme ça.

Très belle journée à vous

DSC05052p

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

« Corrida CONTRE ». Plaidoirie de JR.PHUNG

Phung France Inter

Une magnifique plaidoirie à ré-écouter en ligne ici : PLICK !

Un grand merci à Sampang pour l’info ;-)

Anti

2 commentaires

Classé dans L'Univers d'Anti

Réagissons à l’immobilisme sidérant du député Alauzet sur la corrida

EELV (Europe Écologie Les Verts) est officiellement pour l’abolition des corridas ? Certains de ses députés en déduisent qu’il est inutile d’agir pour y parvenir !

Réagissons à l’immobilisme sidérant du député Alauzet sur la corrida

Réagissons à l’immobilisme sidérant du député Alauzet sur la corrida

Certains députés d’EELV ont une très curieuse conception de l’intérêt de leurs opinions : si leur parti affiche une position claire sur un sujet, alors inutile de faire voter une loi qui la confirme. Pas la peine puisque tout le monde est d’accord. C’est comme si on disait qu’on était tous d’accord pour limiter la vitesse sur les routes afin d’éviter des accidents et que, par conséquent, aucune limitation de vitesse ne sera mise en place.

Récemment, une militante anti-corrida, Nathalie L., a écrit à M. Eric Alauzet, député EELV du Doubs, pour lui demander un rendez-vous. Le but était de lui parler de la proposition de loi visant à faire abolir la corrida en France par la suppression de l’alinéa 7 de l’article 521.1 du Code pénal. Le député a refusé. Comme elle insistait, il lui a fait la réponse suivante :

Madame,

Je ne refuse pas un entretien mais je dois réaliser des priorités et donc je privilégie les rencontres avec les habitants de la circonscription qui m’ont élu. Vous pouvez m’écrire et je vous répondrai.

Je me concentre c’est vrai sur la gravité de la crise économique, du chômage, de la dette, des crises sociales, écologiques…l’enjeu de la Transition Energétique qui nous imposent rigueur, disponibilité et engagement permanent.

Une proposition de loi a été déposée par ma collègue députée écologiste pour interdire la corrida, Laurence Abeille en est le cheffe de file et vous pouvez vous adresser à elle pour toute information complémentaire.
Pour ma part, tout en comprenant votre sensibilité et votre opinion sur le sujet, je ne pense pas qu’interdire aujourd’hui la corrida est la meilleure pédagogie pour faire changer les mentalités et c’est la raison pour laquelle je n’ai pas signé ce dépôt de proposition de loi qui non seulement n’a aucune chance d’être adoptée mais ne sera même pas mise en débat. Les positions de mon mouvement sont connues sur le sujet

Bien cordialement,

Eric ALAUZET


Si on suit bien le raisonnement d’Eric Alauzet :

  • son parti a fait savoir qu’il était officiellement contre la corrida
  • une députée de son parti a, de ce fait, déposé une proposition de loi demandant son abolition
  • cela ne sert à rien
  • la proposition de loi ne sera d’ailleurs même pas mise en débat
  • tout va bien puisque EELV est contre la corrida.

Face à cette position sidérante, on comprend pourquoi rien ne change depuis tant d’années du côté des parlementaires. Ils savent qu’ils ont une large majorité des électeurs opposée à la corrida et les principaux partis ont tous déposés des propositions de loi demandant l’abolition mais surtout, que personne ne bouge le petit doigt pour qu’un vote vienne exprimer la démocratie. Puisqu’on est d’accord entre nous, décidons surtout de ne rien décider.

Cette situation est inacceptable !

Nous demandons à toutes les personnes qui vont recevoir cette information et plus largement à tous les électeurs d’Eric Alauzet ou d’EELV d’écrire à ce député pour lui demander à leur tour un rendez-vous de toute urgence afin de parler avec lui de son soutien effectif à la proposition de loi de Laurence Abeille.

Son mail : depute@alauzet.net

Pour rappel, Eric Alauzet s’était déjà distingué l’année dernière lorsque Barbara Pompili, députée EELV, avait déposé une PPL (proposition de projet de loi) pour l’abolition de la chasse à courre : il avait estimé cette dernière comme une tradition respectable et avait refusé d’apporter sa signature.

À vos claviers !

2 commentaires

Classé dans Corrida

Jour de repos

Nous avons fait hier après-midi une petite sortie fort distrayante avec Enzo et Anghbor, avec en prime une chouette rencontre, mais je vous raconterai ça une autre fois. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, c’est le jour de repos de Gwlad. Elle ne travaille pas à la pâtisserie. Donc on ne se lève pas à 4 h du matin. On fait grasse mat’ !

DSC04996p

Ouaiiiiiiiiiiis !

Remarquez, on va peut-être se réveiller tôt quand même, par habitude. Mais bon, la grosse, l’énorme différence, c’est qu’on ne sera pas obligés de se lever alors qu’il fait encore nuit. Un peu comme un weekend, quoi. Sauf que ça tombe le mercredi.

DSC04998p

Et cet après-midi, plage !

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

La Lune, c’était hier

Le 21 juillet 1969, des êtres humains venaient marcher sur la Lune. Je me souviens avoir vu ces images historiques en différé (je n’avais pas accès à une télé pendant que ça se passait) et mon premier réflexe avait été de regarder la Lune dehors, dans une tentative dérisoire de voir si je pouvais distinguer quelque chose de différent. Mon grand-père était à côté de moi et, lui qui était né à la fin du 19e siècle, il était sidéré.

buzz aldrin

Le 21 juillet, c’était hier et cet événement, c’était hier aussi, comme quelques autres qui ont marqué ces dernières décennies.

Très belle journée à vous

Photo NASA

3 commentaires

Classé dans Accueil

« Corrida la honte est un livre d’informations sur la corrida » (Ludovic Para)

Maître Ludovic Para défend de façon régulière la cause des aficionados, que ce soit dans ses déclarations à la presse ou lors de procédures judiciaires. Avocat de l’Observatoire National des Cultures Taurines, il a actuellement pour cliente Séréna Carone, sculptrice de la statue de Nimeno 2 qui conteste l’utilisation en couverture de « Corrida la honte » de la représentation d’un fait-divers survenu sur la voie publique en 2012. Il est également l’avocat de Léa Vicens qui attaque Jean-Pierre Garrigues en diffamation.

092044

Aussi, lorsqu’il a déclaré publiquement lors de l’audience du 21 juillet au Tribunal de Grande Instance de Marseille que « Corrida la honte est un livre d’informations sur la corrida », cette reconnaissance nous est allée droit au cœur. Impossible d’être plus objectif et plus factuel, surtout venant d’un fin connaisseur de la tauromachie dans tous ses aspects.

Il aurait pu en effet qualifier « Corrida la honte » de vulgaire ouvrage de propagande anticorrida, mais non : il s’agit à ses yeux bel et bien d’information. Nous le remercions sincèrement pour cette déclaration, faite en toute candeur devant des dizaines d’autres avocats qui attendaient leur tour et buvaient ses paroles avec attention (il faut dire que le dossier précédent le nôtre était relatif à une sombre affaire de commerce de moules-frites à Palavas qui était nettement moins passionnante, d’un point de vue sociétal).

En revanche, si je peux me permettre une petite critique à l’égard de Maître Para, c’est d’avoir affirmé sans tressaillir que Madame Carone n’était « ni pour ni contre la corrida » et que donc, si elle attaquait la couverture de « Corrida la honte », ce n’était pas parce qu’il s’agissait d’un livre dévoilant des informations désagréables sur la tauromachie, mais uniquement parce que cela ne respectait pas ses droits patrimoniaux et d’auteur.

Plus précisément, dans l’assignation reçue par mon éditrice, il est bien expliqué en toute lettres que cette représentation de la statue maculée de faux sang « viole fondamentalement son oeuvre érigée en hommage à un torero ». Un hommage à un torero, c’est ni pour ni contre la corrida ? Et, dans la presse, il a été dit clairement que ce que redoutait Mme Carone, c’est que cette image devienne un symbole anticorrida. Pour quelqu’un qui n’est ni pour ni contre, elle est plutôt très pour. C’est son droit, bien sûr, mais alors pourquoi ne pas vouloir le dire ? En 1994, à l’époque où elle a réalisé cette sculpture, elle ne cachait pourtant pas son admiration :

100759

Le verdict sera rendu le 15 septembre. En attendant, la couverture est toujours autorisée puisqu’elle n’est pas interdite.

Et n’oubliez pas : si vous cherchez des informations sur la corrida, vous les trouverez dans « Corrida la honte ». C’est Maître Para qui vous le dit.

clh bandeau site 2

3 commentaires

Classé dans Accueil, Corrida

Les orages passent, le soleil reste

Météo France nous avait annoncé un déluge avec grêle, éclairs et tonnerre dans l’après-midi. De fait, le ciel est devenu rapidement sombre, le vent s’est levé d’un coup et une forte averse a commencé, avec des bourrasques de vent violentes.

DSC04983p

Nous avions tout prévu : les chats étaient à l’abri bien avant la première goutte de pluie. J’ai eu une envie de revoir Les aventuriers de l’arche perdue. Après quelques recherches sur nos étagères puis dans les chambres des ados, nous avons retrouvé le DVD chez Gwlad. Au début, elle ne voyait absolument pas de quel film il s’agissait. C’était parce qu’elle le connaissait sous un titre différent : Indiana Jones.

DSC04976p

Le soleil était revenu bien avant que l’arche ne déchaîne sa puissance destructrice. Les chats qui s’étaient paisiblement endormis ne se sont pas réveillés pour si peu. La sieste, c’est la sieste. Les orages passent, le soleil reste.

DSC04988p

Ce matin, à l’heure où cette note sera mise en ligne, nous serons au tribunal de grande instance de Marseille avec notre avocate, Maître Audrey Phung. L’affaire de la couverture de « Corrida la honte » va enfin y être jugée. Nous reviendrons sur toute cette histoire en détails, mais seulement une fois le verdict connu. L’article que mon livre a eu dans la revue de la LFDA relativise bien des choses.

Très belle journée à vous

DSC04969p

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil, Corrida

« Corrida la honte » à l’honneur dans la revue de la LFDA

La Fondation Droit Animal, éthique et sciences (LFDA) a été créée en 1977 par le professeur Alfred Kastler, membre de l’Académie des sciences et Prix Nobel de physique, le professeur Rémy Chauvin, biologiste éthologue, le professeur Jean-Claude Nouët, médecin biologiste, vice-doyen de la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière (Université Paris VI « Pierre et Marie Curie »), Philippe Diolé, écrivain, journaliste, plongeur et auteur de série de films télévisés du commandant Cousteau et Georges Brouwers, avocat. Son président actuel est Louis Schweitzer.

lfda logo

Dans sa revue trimestrielle qui vient de paraître, le livre « Corrida la honte » est mis en avant dans la section Ethique. L’article est écrit par Georges Chapoutier, neurobiologiste, philosophe, directeur de recherche émérite et administrateur de la LFDA, que je remercie tout particulièrement pour l’honneur qu’il me fait.

LFDA Juillet2014 CLH

La revue est téléchargeable dans son intégralité en cliquant ici : revue n°82 juillet 2014.

LFDA comite d honneur

Très belle journée à vous

2 commentaires

Classé dans Accueil, Corrida

Trois militantes du CRAC agressées par des aficionados

Méjanes : trois militantes abolitionnistes agressées par des employés du domaine Paul Ricard

Ce samedi 19 juillet 2014 à 17h00, trois militantes distribuaient des tracts du CRAC Europe pour informer la population et les touristes de la réalité de la corrida. Elles étaient sur le domaine public, à plus d’un kilomètre du domaine Paul Ricard. Tout se passait bien, pendant près d’une heure les militantes ont pu informer, discuter avec les automobilistes et les piétons qui passaient au niveau du rond-point.

De manière très violente, en scooter, moto et voitures, des individus manifestement employés du domaine Paul Ricard, sont arrivés et se sont jetés sur les militantes. Deux hommes par militante, arrachant les tracts, jetant au sol une militante, une autre a été prise par la gorge, plaquée contre sa voiture avec des « dégage connasse ! ». Ses lunettes ont été cassées. Une patrouille de gendarme a mis fin à cette agression d’une rare violence qui aurait sans aucun doute dégénéré sans l’intervention rapide des forces de l’ordre. Les trois militantes ont déposé plainte. Le CRAC Europe sera vigilant et suivra l’évolution de la procédure. La violence du monde de la tauromachie qui cherche à se victimiser est une fois de plus patente.

Nous dénonçons la violence et la lâcheté de ces hommes qui s’en prennent à des femmes sans défense. Le monde de la tauromachie est une fois de plus celui de la honte.

Pour l’équipe du CRAC Europe
Jean-Pierre Garrigues, président
www.anticorrida.com
Tél. 06 75 90 11 93

crac header

2 commentaires

Classé dans Corrida

Le moment de respirer

Après une semaine très remplie (voire même studieuse en ce qui me concerne mais c’était fort agréable) et des réveils plus que matinaux en raison du nouveau boulot d’apprentie-pâtissière de Gwlad qui commence bien avant l’aurore, il est temps de prendre un peu de repos et de respirer.

DSC04945p

Certes, pour ce matin, il y a eu à nouveau un lever à 4 h mais quand ça tombe un weekend, on peut se recoucher sans penser à l’heure de reprendre le boulot. Il va y avoir les tâches habituelles d’un samedi mais plus tard et surtout sans horaire, ce qui change tout.

Et en plus, oh oui, demain Gwlad ne bosse pas. Elle pourra à son tour se reposer un peu. Et, par pure solidarité avec elle, nous aussi.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

Quelques étirements

Si vous sentez parfois que vos muscles sont noués ou que vous êtes tendus, le mieux pour y remédier est de procéder à quelques étirements. Voici quelques exercices faciles présentés par nos chats…

Au réveil :

DSC04939p

Au boulot :

DSC04955p

Pendant la sieste :

DSC04950p

Après votre séance de step :

DSC04958p

Les étirements, c’est aussi dans la tête. Sortez dîner entre amis :

DSC04961p

… et partagez des moments complices :

DSC04851p

Très belle journée à vous

2 commentaires

Classé dans Accueil

Là où il y a de la lumière

C’est une vieille blague que j’aime bien. Par une nuit très sombre, un monsieur tourne en rond autour d’un réverbère en regardant par terre. Un autre s’approche et lui demande : « Vous avez perdu quelque chose ? »
- Oui, mes clefs de voiture.
- Attendez je vais vous aider.
Au bout d’un moment, le second dit au premier :
- Vous êtes sûr que vous les avez perdues là ?
- Non, mais ici il y a de la lumière.

DSC04857p

DSC04868p

Il y a quelques jours, un puis deux puis trois de nos chatons ont semblé rejouer cette scène. Ils cherchaient quelque chose ou peut-être rien.

DSC04861p

DSC04859p

En tout cas, ils préféraient le chercher là où il y avait de la lumière, un endroit bien précis de la cuisine où j’ai souvent pris des photos de minous, tellement ils semblent aimer jouer avec leur ombre.

DSC04870p

Alors, ont-ils trouvé ? Si c’est bien leur ombre qu’ils cherchent, ils la trouvent à chaque fois mais lorsqu’ils s’en vont, elle disparaît. Alors, une seule solution : revenir au même endroit, sans relâche. Ce qui compte, c’est qu’ils soient là où il y a de la lumière.

Très belle journée à vous

DSC04871p

Laisser un commentaire

Classé dans Accueil

Mars et Spica, en rouge et bleu

C’est Enzo qui l’a vu en premier hier soir vers 22 h dans le ciel nocturne : deux points très lumineux à la verticale l’un de l’autre, l’un rougeoyant, l’autre bleuté. Après quelques clics, Anti a trouvé l’info. Il s’agissait d’un alignement entre Mars et Spica. Cette dernière est l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge.

Les étoiles gardent une même position relative dans le ciel. C’est ce qui permet de les regrouper en dessins géométriques, les constellations. La plus connue d’entre elles est probablement la Grande Ourse, aussi surnommée le chariot ou la casserole en raison du motif qu’elle forme.

DSC00169b

Les étoiles d’une même constellation n’ont la plupart du temps aucun lien astronomique entre elles, si ce n’est de sembler participer à un même motif, même si certaines sont beaucoup plus proches de nous que d’autres. Leur proximité apparente dans le ciel n’est due qu’à notre position d’observateurs, depuis notre microscopique poussière d’univers, la Terre.

Aussi, quand une conjonction apparaît du jour au lendemain, elle implique forcément au moins une planète. Les planètes, en effet, bougent rapidement dans le ciel. Le mot « planète » vient d’ailleurs du grec planeta qui signifie « en mouvement », pour les différencier des étoiles qui, elles, semblent immobiles (en fait, elles bougent aussi mais beaucoup plus lentement).

DSC04907p

Hier donc, Mars se retrouvait à la verticale apparente de Spica, qui est à environ 2,6 millions de milliards de kilomètres de chez nous (260 années-lumière). Spica veut dire « épi ». Même si cela ne se voit pas à l’œil nu, Spica est une étoile double, les deux astres qui la composent étant tellement proches qu’ils se déforment mutuellement sous l’effet de la gravitation qu’ils exercent l’un sur l’autre.

Deux points lumineux microscopiques dans un ciel tout noir, ce n’est pas très facile à photographier avec du matériel amateur. Après de multiples tentatives de réglages divers et, bien sûr, l’utilisation d’un pied, voici les deux meilleures que j’ai obtenues, la première sans zoom (ci-dessus), la seconde avec le zoom x30 (ci-dessous). Sur cette dernière, on voit bien le rouge de Mars et le bleu de Spica.

Très belle journée à vous

DSC04928p

2 commentaires

Classé dans Accueil

Du côté de chez Ré

Cela faisait une éternité et demie que nous n’étions pas allés voir Ré dans ses Cévennes profondes. Hier après-midi, Anti a décidé de lui faire la surprise d’une visite, accompagnée d’Enzo et de moi. Elle venait d’avoir de ses nouvelles au téléphone. Ré était coincée chez elle après une opération au genou qui lui imposait des mois d’activité minimale.

DSC04879p

Lorsque nous avons débarqué, elle était installée sur une chaise longue dans son jardin, un bon polar à la main. Pour une surprise, c’en était une, elle ne s’attendait absolument pas à nous voir. Nous avons lancé les cafés et passé quelques heures à papoter à l’ombre de grands parasols.

DSC04886p

Pendant que nous parlions, Monsieur Chat allait de l’un à l’autre pour récupérer des câlins. Ré a deux autres minous mais ils sont restés dans la maison.

DSC04898p

Enzo, lui, a vite découvert que le jardin avait des arbres fruitiers, dont des mirabelles juste à maturité. Ré va bientôt déménager. Elle sera dans une maison plus grande, plus calme, avec un jardin plus grand et en plus, plus près de chez nous.

DSC04894p

Très belle journée à vous

DSC04888p

2 commentaires

Classé dans Accueil