Le cri d’indignation de Carole Raphaelle Davis

Hier, en réaction à mon article sur les événements qui se sont déroulés à Rodilhan le 27 octobre, Carole Raphaelle Davis qui était présente à nos côtés a exprimé son indignation devant ce qu’elle a vécu. En voici la traduction en français, suivie du texte original en anglais.

(See English version below, just after the French one)

103841Carole Raphaelle Davis, Jérôme Lescure, Jean-Pierre Garrigues

_______________________

Je me sens comme si nous avions traversé une guerre ensemble.

Je dois dire que je ne reconnais pas la France. Rodilhan ressemblait à une ville assiégée pendant une guerre. Je revois ces femmes, de l’âge de ma mère, courant vers nous, loin des barricades, hurlant, tentant de respirer après avoir été gazées à bout portant. D’autres se ruaient vers les barricades avec bravoure en direction des vrais criminels, la police et l’Etat.

COMMENT l’Etat ose-t-il gazer son peuple ? D’où viennent les ordres de gazer ses citoyens ? Comment ont-ils eu le culot de me gazer ? Comment est-ce possible ?

Je vais me rendre au consulat américain dès demain pour déposer une plainte officielle sur le fait que j’ai été gazée par la police. Je n’ai rien fait d’illégal. Je participais à une manifestation déclarée et avais tous les droits d’être là. J’avais tous les droits de marcher dans cette ville, y compris derrière les barricades, et aussi de m’acheter un billet d’entrée. Et j’ai été gazée.  J’ai mal à la tête, j’ai mal aux yeux, ma peau est brûlée et j’ai des ecchymoses.

J’ai appris quelque chose de très important dimanche. Les policiers ne font pas leur travail de protection des citoyens. Ils ne sont rien d’autre que les gardes du corps d’une industrie méprisable. Ils protègent des tortionnaires d’animaux et des politiciens corrompus et des éleveurs de taureaux. Les éleveurs et les politiciens partagent le même lit, faisant des profits, s’auto-congratulant et exploitant le fait qu’ils ont la bénédiction du ministre de l’Intérieur, un certain sinistre M. Valls.

J’ai vu une déclaration de M. Valls affirmant qu’il pouvait empêcher n’importe quelle loi possible qui viendrait à être débattue. Qui est-il pour dire aux Français quelles sont les lois qui doivent ou non être votées ? Le peuple décide des lois au travers de ses représentants élus. Le PEUPLE !

En ce moment, ces petits affairistes de la tauromachie pensent qu’ils sont libres de mal se conduire. Mais le temps de Valls sera révolu dans quelques années, selon le point de dégoût qu’accepteront de supporter les Français avec leur gouvernement actuel.

En ce moment, ces personnes vivent dans un cocon artificiel de bénis-oui-oui où chacun tapote le dos de l’autre, se rassurant mutuellement sur le fait qu’ils font du bon boulot à conserver leur “tradition” en chassant au loin ces extrémistes violents et cinglés des droits des animaux.

Certains de ces “extrémistes violents et cinglés des droits des animaux” vont mettre en lumière leurs méfaits, simplement en faisant connaitre la vérité sans fard.

Je ne suis pas d’accord avec vous, Anna Galore, sur la police. Je les ai vus. Je les ai regardés dans les yeux. J’ai vu des voyous. J’ai vu des brutes. Ils ne peuvent pas être plus bas. Ils sont payés pour nous battre… payés pour nous donner des coups de pied… payés pour nous gazer… payer pour protéger des criminels. Et ceux que j’ai vus, ils AIMAIENT ça.

Le pire, c’est qu’ils sont payés avec nos impôts.

La France a un grave problème et il appartient à chaque citoyen d’écrire immédiatement à son gouvernement pour exiger la fin de cette violence contre son propre peuple et ses animaux.

Carole Raphaelle Davis

_______________________

I feel like we have been through a war together.

I have to say, I do not recognize France. Rodilhan looked like a town under siege during a war. I remember women, my mother’s age, running towards us, away from the barricades, screaming, attempting to breathe after being gassed at point blank range. Others rushed passed us towards the barricades, bravely towards the real criminals, the police–the state.

HOW DARE the state gas its people? Where do they get the order to gas their citizens? Where did they get the nerve to gas me? How is this possible?

I am going to the US consulate tomorrow morning to file an official complaint that I WAS GASSED by the police. I did nothing illegal. I was at a declared protest and had every legal right to be there. I had every legal right to walk into that town past the barricades and buy a ticket too. And I was gassed. My head hurts, my eyes hurt, my skin is burned and I am bruised.

I learned something very important on Sunday. The police are not doing their job to protect the citizens. They are merely the bodyguards of a despicable industry. They are protecting animal abusers and corrupt politicians and bull breeders. The bull breeders and local politicians are in bed together, making money, self congratulating and exploiting the fact that they have the blessing of the minister of the interior, a certain sinister Mr. Valls.

I saw a quote by Mr. Valls where he stated he could thwart any eventual law that would come up in a debate. Who is he to tell the French what laws will or will not be passed? The people make the laws through their elected officials. The PEOPLE!

Right now, these little southern bull business men think they are free to misbehave. But Valls’ time will be up in a few years or a little more, depending on how much more disgusted the French become with their current government.

Right now, these men are in a fantasy cocoon of “yes men” where everyone is patting each other on the back, reassuring each other that they are doing a great job upholding their “tradition” and shooing away those violent extremist animal rights crazies.

Some of these “extremist animal rights crazies” are going to shine a harsh light on their misdeeds simply by reportng the truth, unvarnished.

I don’t feel the way you do, Anna Galore, about the police. I saw them. I looked into their eyes. I saw thugs. I saw brutes. I saw sadists. They are as low as you get. They are paid to beat us…paid to kick us…paid to gas us…paid to protect criminals. And the ones I saw, they LIKED it.

The worst part of it is, tax payers are paying them.

France is in big trouble and it is up to every single citizen to immediately write to their government demanding an end to this violence against its own people and its animals.

Carole Raphaelle Davis

Report This Post

5 commentaires

Classé dans Corrida

5 Responses to Le cri d’indignation de Carole Raphaelle Davis

  1. Bravo Madame Carole Raphaelle DAVIS, on vous aime pour votre GRAND COEUR et pour avoir été à nos côtés !!!

    Report This Comment

  2. Le monde entier sait enfin ce qui se passe dans certaines régions de France où, sous couvert de “tradition” ou de “culture”, des sadiques pratiquent la torture d’un animal en public. Je suis désolé de devoir dire ça mais je souhaite de tout cœur que les touristes étrangers boycottent les régions taurines et entraînent la ruine de celles-ci, car à ce moment-là, les élus devront rendre des comptes à leurs administrés, qui pour la plupart sont contre ces spectacles de mort !!!…

    Report This Comment

  3. la france est un méli mélo du bon au truand, du simple crs qui execute des ordres bien sûr des ordres de politiciens, quant à ceux qui ont été recrutés pour faire du mal et être cruels avec un regard méchants , tout ceci a été planifié pour faire reculer les ” anti corrida”. C’et simple à la prochaine réélection d’un président nous aurons le droit de lui poser la question
    qui fâche pour ou contre la corrida, cela sera à nous de voter.

    Report This Comment

  4. Merci Me Davis d’avoir été à nos côtés dimanche dernier et de porter votre témoignage au delà de nos frontières.
    Aussi merci Anna Galore de ne pas jouer le jeu des médias locaux et de permettre la publication de ces témoignages, et d’être à nos côtés contre la barbarie.
    @bientôt

    Report This Comment

  5. Ton langage clair, ton indignation sont les nôtres, nous qui militons pour tous ces sans voix que l’on massacre impunément !!! Ton témoignage sans fard révèle une part d’ombre de notre pays que je ne reconnais plus non plus : le pays des droits de l’homme !!! Je suis à tes côtés, quoi qu’il arrive ! Merci à toi d’être celle que tu es, tout simplement, un être lucide avec un cœur et une conscience.

    Report This Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>